Exposé Donald Calne : Le traitement individualisé est la meilleure approche à suivre dans la maladie de Parkinson

Dr Stanley Fahn

La maladie de Parkinson est une maladie complexe qui nécessite l’application d’un traitement individualisé. « Étant donné les différences entre deux personnes, il faut établir les besoins de chaque personne et décider du traitement en conséquence ». C’est le message principal du 8e exposé Donald Calne qu’a livré le Dr Stanley Fahn, lauréat du prix H. Houston Merritt et directeur du Center for Parkinson’s Disease and Other Movement Disorders de l’Université Columbia, à New York.

Le Dr Fahn, qui est directeur scientifique de la Parkinson’s Disease Foundation (É.-U.) et ancien président de la American Academy of Neurology (AAN), s’est adressé à plus de 150 participants dans le cadre de l’exposé Donald Calne qui a eu lieu le mardi 7 juin à l’hôtel Hyatt Regency à Toronto. Sa présentation était intitulée Mauvaises perceptions et erreurs des patients et des médecins qui traitent des patients atteints de la maladie de Parkinson. L’événement a été organisé par la Société Parkinson Canada et la Société Parkinson du Centre et du Nord de l’Ontario.

Il a abordé la conférence en corrigeant la perception erronée des patients que le Sinemet ne peut être utilisé que pendant cinq ans ou que la levodopa perd de son efficacité après cinq ans. Le Dr Fahn fait remarquer que la Levodopa ne perd pas son efficacité, mais que la maladie de Parkinson s’aggrave avec le temps. Les symptômes éprouvés durant le stade initial comme les tremblements, la lenteur des mouvements et la rigidité sont soulagés par la levodopa. Toutefois, la levodopa ne permet pas d’atténuer les symptômes qui apparaissent plus tard comme les difficultés posturales, le manque d’équilibre et le blocage. La Levodopa n’a pas été conçue pour traiter ces problèmes.

Le Dr Fahn a ensuite mis au jour plusieurs mythes et erreurs concernant le traitement à appliquer pour soigner la maladie de Parkinson – quand commencer à prendre des médicaments, les situations dans lesquelles il convient d’attendre, les médicaments qui sont efficaces et pour quels groupes d’âge, les liens entre les médicaments pour le Parkinson et la progression de la maladie et les cas pour lesquels la combinaison de médicaments est indiquée – en appuyant ses propos par des résultats d’études publiées.

Le Dr Fahn a également parlé des complications motrices comme la dyskinésie et les états « off » du Parkinson, notamment les causes possibles, la susceptibilité et les stratégies à adopter pour atténuer ces problèmes. Il a demandé aux membres de l’auditoire atteints de Parkinson de lever la main pour indiquer s’ils étaient d’accord avec l’hypothèse selon laquelle la dyskinésie pose davantage de problèmes aux patients que l’état « off », afin de réfuter cette notion à laquelle croient bien des médecins. Il ajoute : « je n’ai pas encore rencontré de patient qui préférait être dans l’état « off ». Tous mes patients aimaient mieux être sous l’effet de médicaments et être capables de bouger ».

En réponse à une question d’un participant concernant les thérapies non médicamenteuses pour le Parkinson, le Dr Fahn mentionne les avantages de l’exercice et la possibilité d’avoir recours à la chirurgie, telle la stimulation cérébrale profonde (SCP). Il a ensuite expliqué en quoi elle consiste et les situations et les raisons qui justifient son utilisation. Il souligne également le potentiel de la stimulation dopaminergique au moyen de thérapies par perfusion comme la DuodopaMC, afin de pomper la levodopa directement dans l’intestin grêle et l’administrer à doses égales durant la journée afin de réduire ou d’empêcher les complications motrices. Cette intervention est couramment utilisée en Europe. Elle est approuvée pour utilisation au Canada pourvu qu’on réalise des essais cliniques additionnels pour vérifier les avantages qu’elle peut procurer. Voir la fiche d’information sur les médicaments à : parkinson.ca.

Le Dr Fahn prédit que dans l’avenir on aura accès à des médicaments et des chirurgies améliorés pour traiter la maladie de Parkinson. Il mentionne : « nous avons résolu la majorité des troubles moteurs par des moyens chirurgicaux et la médication, nous devons maintenant trouver des moyens pour traiter les problèmes réfractaires associés au Parkinson, comme le déclin cognitif qui s’accentue avec l’âge ». Il a fait part de son espoir dans la recherche sur la pathogénèse, soit la compréhension des mécanismes sous-jacents aux maladies neurodégénératives comme le Parkinson, qui permettra de trouver la clé pour comprendre les raisons de la diminution et de la mort des neurones de dopamine dans la maladie de Parkinson afin de trouver des solutions pour arrêter le processus.

Nous tenons à remercier les sociétés Abbott Canada et Rx&D qui ont parrainé l’exposé Donald Calne de cette année.

L’exposé Donald Calne a été enregistré. Il sera disponible en ligne d’ici la mi-juillet à l’adresse suivante : www.parkinson.ca. Vous pouvez également obtenir une copie de l’enregistrement en envoyant votre demande à l’adresse suivante : communications@parkinson.ca.

La bourse de conférence Donald Calne est un prix créé en 2002 pour souligner les services exceptionnels du Dr Donald Calne, professeur de neurosciences à l’Université de la Colombie-Britannique et ancien président et membre de longue date du Comité consultatif scientifique de la Société Parkinson Canada de la Société Parkinson Canada. Chaque année, la Société offre cette bourse à un neurologue de réputation internationale dont les travaux portent principalement sur la maladie de Parkinson.

Le Dr Ted Fon, président du Comité de sélection du prix Donald Calne et président du comité consultatif scientifique de la Société Parkinson Canada présente au Dr Stanley Fahn le prix Donald Calne.

De gauche à droite : Eli Pollard, Congrès mondial sur la maladie de Parkinson; John Parkhurst, président, Société Parkinson Canada, Centre et Nord de l’Ontario (CNO); Leslie Turcotte, Rx&D (commanditaire); Dr Stanley Fahn; Bruce Ireland, président, Société Parkinson Canada; Debbie Davis, présidente, CNO; Judy Hazlett; Joyce Gordon, présidente-directrice générale, Société Parkinson Canada; George Wielgosz, Abbott Canada (commanditaire), Dr Ted Fon, président, Comité de sélection de la Bourse de conférence Donald Calne et président, Comité consultatif scientifique, Société Parkinson Canada; Susan Mattingly, Abbott Canada (commanditaire).

Advertisements

0 Responses to “Exposé Donald Calne : Le traitement individualisé est la meilleure approche à suivre dans la maladie de Parkinson”



  1. Leave a Comment

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s




Numéro d'enregistrement d'organisme de bienfaisance 10809 1786 RR0001
Toute la documentation sur la maladie de Parkinson qui est contenue dans L’Actualité Parkinson / Parkinson Post a pour unique objet d’informer le lecteur. Elle ne doit pas servir à des fins de traitement. Certains articles particuliers expriment l’opinion de l’auteur et ne correspondent pas nécessairement à celle de la Société Parkinson Canada.
June 2011
M T W T F S S
« Apr   Sep »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  

%d bloggers like this: